Vous êtes ici : Accueil > Secteurs > Bois, papier, carton, imprimerie > Imprimeries
 
Imprimeries
 

Installations classées du secteur

Rubrique de classement : 2450
Arrêté type : 2450.
Correspondance avec l’ancienne nomenclature : 238 - 395



Contexte, enjeux et problématique

La France est la quatrième puissance européenne graphique avec un chiffre d’affaires pour 2004 de 7,35 milliards d’euros, derrière le Royaume Uni (21 milliards d’euros), l’Allemagne (16,5 milliards d’euros) et l’Italie (11,8 milliards d’euros). L’Europe des vingt-cinq compte environ 120.000 entreprises graphiques employant 940.000 salariés pour un chiffre d’affaires évalué à 82 milliards d’euros. 85% de ces entreprises emploient moins de 20 salariés.

L’imprimerie de labeur fait appel à un grand nombre de moyennes entreprises, environ 570 entreprises de 20 à 49 personnes qui réalisent 30% du chiffre d’affaires de secteur, mais l’essentiel de la production tient aux PMI de plus de 50 personnes et aux grandes entreprises. En 2003, le secteur de l’imprimerie de labeur représentait en France 874 établissements de plus de 20 personnes pour 56.950 emplois



Actions en cours sur le secteur

Ce secteur important doit aujourd’hui faire face à des enjeux environnementaux importants et tenir compte des impacts de son activité sur l’environnement. En effet, pour produire, elles utilisent des produits (solvants, révélateurs, encres, films plastiques, plaques métal) qui présentent des risques de pollution des sols, des eaux, de l’air. Ce secteur doit faire face à trois problématiques principales :

  • les émissions de Composés Organiques Volatiles (COV)
  • la gestion des Déchets Toxiques en Quantité Dispersée (DTQD)
  • l’organisation des stockages de matières dangereuses.

L’utilisation de produits chimiques entraîne la production de déchets dangereux et les imprimeurs doivent porter une attention particulière à la gestion de leurs déchets et rejets. Ils doivent également s’adapter à l’utilisation de produits écologiques comme le papier recyclé ou sans chlore, les encres végétales…

Pour permettre aux entreprises de suivre une filière d’élimination conforme à la réglementation (depuis la collecte jusqu’à l’élimination finale), les Syndicats Professionnels se sont associés avec les Chambres de Commerce et d’Industrie et les Chambres de Métiers, dans certaines régions, pour proposer aux imprimeurs un dispositif commun « imprim’vert ». L’objectif de cette opération est de sensibiliser les imprimeries, de les inciter à mieux gérer leurs déchets dangereux et de les accompagner dans la mise en place de cette nouvelle gestion.

Les imprimeurs, qui se sont engagés en signant la charte « imprim’vert » doivent respecter trois critères :

  • éliminer de façon conforme les déchets dangereux : fixateurs et révélateurs de plaques et films, solvants de nettoyage, solutions de mouillage usées, boîtes d’encres, cartouches de toner
  • stocker les liquides dangereux en rétention
  • abandonner les produits étiquetés toxiques au profit de produits moins dangereux.

L’imprimeur devra justifier qu’il a éliminé ses déchets dans de bonnes conditions avec des bordereaux de suivi des déchets industriels ou des factures.

Schéma type de fabrication d’un imprimé